topblog Ivoire blogs

31/01/2018

CÔTE D'IVOIRE : UN DÉPUTÉ ARRÊTÉ APRÈS UNE ALTERCATION AVEC UNE POLICIÈRE ET D'AUTRES TABASSÉS PAR LA POLICE AU TRIBUNAL DU PLATEAU.

pix_1517246000e171320_1.jpg

Yah Touré, député élu sous la bannière du Rassemblement des houphouetistes pour la démocratie et la paix (RHDP, mouvance présidentielle) mais issu du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI d’Henri Konan Bédié) a été mis en examen ce lundi, suite à une altercation avec une policière.

Les témoignages sont concordants. Vendredi 26 janvier, au feu tricolore d’un centre commercial de Cocody, habituellement embouteillé, une altercation a éclaté entre le député Yah Touré et une agent de police affectée à la circulation sur ces lieux. L’agent, sergent-chef de police, aurait affirmé avoir reçu une gifle, ce que le député a nié lors de sa déposition.
Le député a affirmé vouloir se rendre au chevet d’un malade et voulait de ce fait, doubler la file… L’altercation est survenue, selon le député, lorsqu’il se serait approché de l’agent – en vue de découvrir le nom de celle-ci, inscrit sur sa plaquette patronymique. L’agent l’aurait alors repoussé et appelé à l’aide, après avoir reçu une gifle. Les éclats de voix auraient alors attiré les passants. Le député serait ainsi remonté précipitamment dans son véhicule, pris d’assaut par la foule.
Après quelques minutes de troubles, le calme serait revenu quand les deux protagonistes auraient échangé leurs numéros de téléphone. L’incident semblait clos, mais le dimanche, vers 17h, le député a reçu à son domicile abidjanais, la visite d’un capitaine de police porteur d’une convocation de la préfecture de police.
Suite à son interrogatoire qui a débuté à 18h, dimanche soir, Yah Touré a été placé en garde à vue. Ce lundi matin, il a été déféré devant le parquet du tribunal de première instance d’Abidjan-Plateau. À l’issue de son interrogatoire, le procureur l’a mis en examen pour « outrages » et « violences sur agent de police, dans l’exercice de ses fonctions ». Il devrait passer sa première nuit à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (Maca), en attendant son jugement prévu dans les quinze prochains jours.
Cette procédure de flagrant délit a été dénoncée par le bureau de l’Assemblée nationale, réuni en urgence dans la matinée. Dans une déclaration lue par Siki Blon Blaise, vice-président de l’Assemblée nationale, le parlement a exigé « la suspension de la poursuite du député en application des dispositions de l’article 92, alinéa 3 de la Constitution, et de l’article 45 alinéa 3 du règlement de l’Assemblée nationale », relative à l’immunité parlementaire du député.
Le parlement s’engage à saisir le Conseil constitutionnel
Le parlement dirigé par Guillaume Soro « s’engage à saisir le Conseil constitutionnel sur la procédure utilisée dans cette affaire qui porte manifestement atteinte aux droits des députés ».
Dans le même temps, plusieurs responsables de la Jeunesse du PDCI (JPDCI) ont été interpellés et placés en garde à vue par le tribunal du Plateau, pour « troubles à l’ordre public ».Ainsi une journaliste Photo reporter du nouveau réveil qui après avoir reçu une gifle d'un policier, s'était fait arrêter dans l'exercice de ses fonctions lors de ce incident qui avait pris forme au tribunal du plateau.
Une déclaration du secrétariat exécutif du PDCI est attendue.
Yah Touré a été élu sous la bannière du Rassemblement des houphouetistes pour la démocratie et la paix (RHDP, mouvance présidentielle) mais est issu du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI d’Henri Konan Bédié). Et cette affaire intervient dans un contexte de tension politique entre le PDCI et le Rassemblement des républicains (RDR d’Alassane Ouattara), à l’approche des élections municipales, régionales et sénatoriales dont la date n’est pas encore connue.
Je ne vous en dis pas plus mais c'était débandade totale au tribunal du plateau à Abidjan en République de Côte d'Ivoire où l'on en des députés se faire tabasser par la police.
Il faut dire que c'est désormais aussi la guerre entre l'exécutif et législatives.Du jamais vu dans l'histoire de la Côte d'Ivoire.
Dieu bénisse et protège la Côte d'Ivoire ma patrie.

#FREEDOM
#PdtFPP

Rédaction complétée par Sindou John G. dans “” pensée du panafricain.””

25/01/2018

CÔTE D'IVOIRE : UNE VRAIE CATASTROPHE BUDGÉTAIRE.

Grosse révélation sur les mensonges du pouvoir d'Abidjan.

Le 24 Janvier 2018 , Le journal le CONTINENT illustrait l'effondrement de l'économie de la Côte d'Ivoire.Quelle honte pour ce pouvoir moribond qui il y a quelques temps développait une croissance à deux chiffres et plus égocentrique encore se félicitait de la réduction du taux de chômage à 02% . Vous avez ci dessous le rapport du journal Le Continent:

IL N'Y AURA PLUS JAMAIS UN ÉCONOMISTE COMME LE MINISTRE BOHOUN BOUABRE L'INNOVATEUR DE CE MINISTÈRE POUR POUVOIR PAYER LES DETTES DE LA CÔTE D'IVOIRE ET QUI L'A RÉUSSI À 98%.



FB_IMG_1516789096859.jpg




#FREEDOM
#PdtFPP

Rédaction Sindou John G. dans pensée du panafricain.

24/01/2018

CAMEROUN: UN COUP D'ÉTAT SE PRÉPARE CONTRE LE RÉGIME PAUL BIYA.

FB_IMG_1516779951864.jpg

TENTATIVE DE DÉSTABILISATION DU RÉGIME DU PRÉSIDENT PAUL BIYA:PEUPLE CAMEROUNAIS DOIT FAIRE PREUVE DE MATURITÉ FACE AUX INTOXICATIONS DE L'IMPÉRIALISME.
Un site d'intoxication dénommé NOTRE CAMEROUN est en plein délit en ce moment sur la situation politique au Cameroun.En effet , des images très dangereuses et révoltantes ont été diffusées par ce site accusant le gouvernement du président Paul Biya de commettre des exactions sommaires sur les populations à travers le pays. Ce qui n'est pas vraisemblable en ce sens que ces images postées sont celles prises par un soldat amateur lors d'une cérémonie d'encouragement en 2014 faites aux soldats sous la transition de Mme la présidente Catherine Samba Panza dans leurs prouesses à résister face à la rébellion armée ( le SELEKA) qui troublait la quiétude et le sommeil du peuple camerounais. Ainsi une alerte de condamnation à mort avait été donné à tous les soldats qui oseraient trahir le combat de libération de la Centrafrique. Cependant le mot d'ordre fut exécuté par la mise à mort d'un soldat déserteur qui avait rejoint le mouvement rebelle SELEKA pour contribuer à l'extermination donc du massacre du peuple centrafricain. La cérémonie c'était déroulée face à l'école nationale d'administration.Et important est de remarquer que le corps était attroupé de béret rouge. Par ceci , je voudrais exhorter le peuple camerounais à ne pas céder à un tel mensonge et une telle incitation à la haine au Cameroun et qu'il faut bien entendu demander des comptes au directeur de publication de cette intoxication. L'impérialisme et ces collaborateurs ne doivent plus atteindre leur objectif principal qui est la déstabilisation des régimes démocratique et souverainistes en Afrique noire et d'alimenter des foyers de tensions.Nous ne sommes plus à cette phase de réflexion .Nous sommes à une époque de révolution pour recouvrer notre souveraineté,notre dignité et notre liberté. Je voudrais interpeller la conscience camerounaise à la vigilance.

Vive l'Afrique libre et souveraineté !!!

FB_IMG_1516779933585.jpg



#FREEDOM
#PdtFPP

Rédaction Sindou John G. dans pensée du panafricain.