topblog Ivoire blogs

01/03/2012

SARKOSY HUMILLIE A BAYONNE

Sarkozy copieusement hué et insulté à Bayonne




2012-03-01T175401Z_960944866_PM1E8311G7O01_RTRMADP_3_FRANCE.JPG


Plusieurs dizaines d'opposants ont accueilli le président candidat au cri de «Sarko dégage», dès sa sortie de voiture. Nicolas Sarkozy, qui a dû se réfugier dans un bar, dénonce «la violence d'une minorité».

index.jpgNicolas Sarkozy a été accueilli jeudi par des huées et des sifflets dans le centre-ville de Bayonne, dans les Pyrénées-Atlantiques, au cours de sa visite dans le Pays basque.

Des dizaines de jeunes opposants l'ont hué à sa descente de voiture, aux cris de «Sarko président des riches!», «Sarkozy dégage!», couvrant largement les «Sarkozy président» de partisans du chef de l'Etat, en moins grand nombre. A une terrasse, des opposants ont déployé une banderole : «Sarkozy, travailler sept jours sur sept jusqu'à 77 ans. Y'a bon, y'a bon la croissance.»

Le chef de l'Etat a pour sa part dénoncé la «violence d'une minorité», dont «des militants PS». Le président-candidat, attendu dans la soirée à Bruxelles pour un sommet européen, a aussi évoqué des «comportements de voyous».

«Ici, nous sommes en France, sur le territoire de la République française, et le président de la République ira partout sur le territoire», a-t-il ajouté. «Et si ça ne plaît pas à une minorité de voyous, ils devront s'y faire», a-t-il mis en garde
index.jpg


Le PS pointé du doigt

Au milieu d'une foule de partisans criant «Nicolas! Nicolas!» et de nombreux opposants criant «Nicolas kampora!» («Nicolas dégage!», en langue basque), le chef de l'Etat s'était auparavant très difficilement frayé un passage dans les rues étroites du petit Bayonne jusqu'au bar du Palais, rue d'Espagne, sous une pluie de petits bulletins de vote de Batera, un collectif réclamant une collectivité territoriale pour le Pays basque.

Nicolas Sarkozy est entré en urgence dans le bar vers 16 heures, manifestement pour s'y réfugier. Des oeufs ont alors été jetés sur la vitrine. Une foule compacte s'est formée devant le bar et des CRS ont été appelés en renfort pour permettre à Nicolas Sarkozy de sortir de (...) Lire la suite sur Liberation.fr

Les commentaires sont fermés.